AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Connaître Le Chardonneret Élégant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
birdy34
Admin


Messages: 78
Date d'inscription: 14/12/2009
Age: 46
Localisation: FRANCE / QUEBEC

MessageSujet: Connaître Le Chardonneret Élégant   Mar 16 Mar - 22:37

Connaître
Le Chardonneret Élégant


Classification

Le Chardonneret élégant appartient à la famille des Fringillidés qui regroupe de nombreux passereaux communs comme le Pinson des arbres, le Serin cini, le Verdier d’Europe, la Linotte mélodieuse ou encore le Gros-bec casse-noyaux, parmi les plus connus. Son nom scientifique est Carduelis carduelis. Cet oiseau est bien répandu en France : il est souvent observé en hiver sur les mangeoires des jardins où il recherche des graines. Cette fiche technique décrit en détail l’écologie de ce passereau familier.

Etymologie

Carduelis carduelis vient de cardus, le chardon, nourriture favorite de l’oiseau. Le terme "élégant" souligne l’harmonie de ses couleurs. Le nom anglais du chardonneret est Goldfinch, Pinson doré, relatif au jaune des ailes. Il existe deux noms allemands : le premier est Distelfink, Pinson des chardons, le deuxième est Stieglitz qui vient de son cri "sticlitt".

Description

1 – Description simple

La taille de l’oiseau est de 14 cm de long (de l’extrémité du bec au bout de la queue) et son envergure de 21 à 25 cm : c’est à dire proche de la taille d’une Linotte mélodieuse Carduelis cannabina. Poids : 13 à 19 grammes.
Le Chardonneret élégant adulte est facilement reconnaissable à son masque facial rouge et noir, qui lui donne des allures de clown ainsi qu’aux marques alaires jaunes vif. Le masque facial du chardonneret immature est marron clair, sans rouge ni noir. Les mâles et femelles sont identiques de loin : on dit qu’il n’y a pas de dimorphisme sexuel apparent. Le bec est celui d’un granivore : il est relativement long et fin. Les plumes de la queue (rectrices) sont courtes, noires avec des taches blanches caractéristiques. L’oiseau en vol se distingue à son croupion blanc (partie se situant à la base de la queue). Le cri caractéristique lancé en vol est un "didelitt" ou "sticlitt".

2 – Description détaillée

Front (jusqu’aux yeux) rouge brillant, avec les lores (zone entre le bec et l’œil) et base du bec noirs. Dessus de la tête noir et ligne noire étroite sur côtés de la tête, derrière les couvertures auriculaires. Grande tache blanche sur la nuque. Joues blanches avec une tache marron clair en son centre. Manteau, dos, bande pectorale et flancs marron clair à chamois. Croupion (plumes sus-caudales) blanc. Ailes noires, aux extrémités marron avec une tâche blanche au bout. Grandes couvertures jaune vif. Bec rose pâle à blanc avec une toute petite tâche noire à l’extrémité. Pattes rose claire.
Il existe une dizaine de sous-espèces décrites dans l’ouest Paléarctique, avec pour chacune d’entre elles des variations infimes de teintes du plumage et de taille.
En France, trois formes sont reconnues suivant les régions.
Les individus du Nord-Ouest se rapportent à la forme C.c. britannica qui semble
Être plus sombre (Angleterre et Irlande), puis au fur et à mesure que l’on se dirige vers le centre de la France, les individus se rapportent progressivement à la forme type C.c.carduelis (Europe centrale). Puis, en allant vers le sud, les individus se rapprochent de la forme C.c.parva (Méditerranée et Afrique du Nord).

• Répartition & migration

La répartition du Chardonneret élégant est vaste : elle englobe les zones boréales, tempérées et méditerranéennes, depuis l’Afrique du Nord, en passant par l’ensemble de l’Europe, jusqu’à l’Ouest asiatique. En France, le Chardonneret élégant est assez commun et il n’est exclu d’aucune région, Y compris la Corse. C’est l’une des espèces les plus fréquentes de France : la population nationale est comprise dans une fourchette allant de 1 à 5 millions de couples (LPO, 2004).
Sa population est croissante ces dernières années (LPO, 2001).
Le Chardonneret élégant est donc visible toute l’année chez nous (espèce sédentaire ou migratrice partielle), cependant une raréfaction est notée en hiver dans le Nord-Est et les zones montagneuses à cause de la rigueur du climat. En cette saison, la population française de chardonnerets est renforcée par les individus migrateurs venus du nord-est de l’Europe.

• Habitat

On trouve le Chardonneret élégant dans une multitude d’habitats de plaines : boisements ouverts, landes à bruyères, bocage, lisières et clairières des forêts, ycompris celles de résineux. Il est commun à proximité de l’homme dans les vergers, grands jardins, parcs d’agrément, avenues boisées, cimetières, même au cœur des vastes agglomérations. Le Chardonneret élégant apprécie les milieux secs (xérophiles), c’est pourquoi il est si abondant dans les plaines méditerranéennes.
En montagne, il ne niche généralement pas au dessus de 1400 mètres (exceptionnellement 2000 mètres en Suisse), mais on peut le voir à plus haute altitude après la nidification : par exemple sur les prairies alpines autour des chalets à 2400 m. Les migrateurs passent les cols et certains ont même été notés jusqu’à 3 554 mètres dans les Alpes !
Bruyères Cardère

• Comportement alimentaire

Le chardonneret est essentiellement granivore. Il recherche en priorité les petites graines des composées (chardons, centaurées, bardanes, séneçons...) qu’il trouve essentiellement dans les friches et hautes herbes. Il consommerait ainsi 150 espèces végétales différentes. Il prélève généralement les graines directement sur la fleur. Il se nourrit souvent sur les tournesols. En hiver on le trouve aussi dans les arbres : aulnes et pins.
Le chardonneret prélève très rarement des baies.
En période de nidification, il peut agrémenter son régime alimentaire de quelques invertébrés : petits coléoptères, diptères, pucerons, chenilles et larves qui servent également à nourrir les jeunes au nid.

• Territoire

En France, on compte en moyenne un couple de chardonneret pour 10 ha (Duboc, 1994). Les densités de ce fringille n’atteignent pas des valeurs extraordinaires, sauf en milieu urbain où il n’est pas rare de trouver plusieurs nids en quelques dizaines de mètres dans les alignements d’arbres ou d’arbustes ornementaux. L’espèce présente alors un certain grégarisme dans les zones d’habitation humaine où le territoire a une valeur restreinte : selon une étude menée par Conder (1948), celui-ci est en moyenne de 250 m² pendant la construction du nid et la période d’accouplement, puis se réduit à 10 m² après la ponte.

• Chant

Le chant du chardonneret s’entend du mois de mars à fin août : celui-ci est rapide, entrecoupé de roulades et trilles aiguës, facilement reconnaissable quand on l’a entendu une première fois. Le mâle chante généralement sur un perchoir élevé. La femelle peut aussi chanter à l’occasion.

• Nidification

NB : Ce paragraphe s’inspire principalement des descriptions faites par P. Géroudet (1980) & P. Duboc (1994).

1. Formation du couple et nid

Les couples se forment discrètement, vraisemblablement dès l’hiver. La reproduction commence avec l’émission du premier chant au mois de mars. Mâle et femelle choisissent l’emplacement du nid et la construction commence. Celui-ci se situe à l’extrémité d’une branche, une enfourchure d’arbuste, une haie, dans un buisson, toujours à faible hauteur et bien caché dans le feuillage. Le nid du chardonneret est très soigné : c’est une petite coupe profonde, confectionnée de tiges herbacées et de radicelles entrelacées, fixées, maintenues et revêtues à l’extérieur par des soies d’araignées et de chrysalides, des duvets végétaux, des fils, des crins, des brins de mousse, des flocons de laine et de poils y sont ajoutés, avec parfois une plume, ou des lambeaux de papier. L’intérieur est bien garni de matériaux doux et soyeux, surtout d’aigrettes de composées. Le nid est construit seulement par la femelle en 4 à 7 jours.

2. Œufs et poussins

La femelle chardonneret pond généralement 5 œufs au mois de mai (plus rarement 4 ou 6).
Elle couve pendant 12 jours et c’est le mâle qui vient alors l’alimenter. Après l’éclosion, les petits sont protégés sous leur mère. Ils sont recouverts d’un duvet gris sombre peu fourni. La cavité buccale est rouge carmin avec des bourrelets blanc crème à la commissure du bec. Les jeunes sont ensuite nourris par les deux adultes environ deux fois par heure chacun en moyenne. Ils sortent du nid à l’âge de 14 – 15 jours. La femelle fait ainsi 2 couvées par an, parfois 3.

3. Familles

Dès le milieu de l’été, en juillet, les premières bandes formées de groupes familiaux explorent les campagnes à la recherche de friches riches en composées, de grèves et vasières envahies de bidens ou armoises ou encore de jardins. Le passage postnuptial, par petites troupes qui survolent la campagne, le littoral et les cols est sensible en octobre-novembre.

• Comment attirer le chardonneret au jardin ?

En hiver, vous pouvez facilement attirer le Chardonneret élégant à proximité de votre habitation. Celui-ci appréciera particulièrement les graines de tournesol, de chènevis et de millet que vous lui mettrez à disposition dans une mangeoire ou à même le sol. L’oiseau grégaire, prélèvera alors les graines tombées au sol, par petites troupes. Au printemps, pour favoriser sa venue sur votre terrain, offrez- lui des zones de friches comportant des composées (centaurées, bardanes et séneçons jacobée et commun) et autres plantes adventices (chardons, cardères sauvages, mouron des oiseaux...).
Pour la pelouse, vous pouvez par exemple conserver des banquettes herbacées le long des haies ou des allées. Ainsi, les hautes herbes permettront aux plantes de fleurir et de monter en graines, attirant notre oiseau. Ces lisières herbacées pourront être coupées au mois de mars et sont également très favorables aux papillons.
Au potager, ne bêchez pas avant début mars ! Les chardonnerets profitent de l’abondance du mouron et des séneçons pour s’alimenter l’hiver.

Pour plus d’informations : ALLO REFUGES LPO 05 46 82 12 34 ou REFUGES LPO - Corderie royale - BP 90263 - 17305 ROCHEFORT CEDEX.
N’oubliez pas de consulter les pages Jardins d'oiseaux du catalogue LPO, la
rubrique REFUGE LPO de L’OISEAU magazine et du site web : www.lpo.fr.
REALISATION LPO SERVICE EDITIONS © 2004 - ED0412004LS IMPRIMÉ PAR IMPRIMERIE LAGARDE - 17 BREUILLET
Textes : Nicolas MACAIRE, LPO
Illustrations : Antoine Barreau, Nicolas Macaire
Pour plus d’informations : ALLO REFUGES LPO 05 46 82 12 34 ou
REFUGES LPO - Corderie royale - BP 90263 - 17305 ROCHEFORT CEDEX.
N’oubliez pas de consulter les pages Jardins d'oiseaux du catalogue LPO, la
rubrique REFUGE LPO de L’OISEAU magazine et du site web : [img][/img]www.lpo.fr.[/b][/i][right][img][/img]


Dernière édition par birdy34 le Mar 16 Mar - 22:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
birdy34
Admin


Messages: 78
Date d'inscription: 14/12/2009
Age: 46
Localisation: FRANCE / QUEBEC

MessageSujet: Re: Connaître Le Chardonneret Élégant   Mar 16 Mar - 22:39

Description de la sous-espèce parva du chardonneret élégant


Le mâle possède un masque rouge sur la face de la tête, ce masque rouge s'étend du menton jusque derrière les yeux séparé par du noir brillant au niveau des lores.
Une bande noire s'étend de la calotte à l'occiput et se sépare en forme d'arc de chaque côté de part et d'autre de la tête. Les parotiques sont de couleur brun chamois. Le bec est effilé et pointu de couleur chair avec un trait noir sur la mandibule supérieure. La mandibule inférieure est également de couleur chair avec un trait noir à son extrémité.
Le bec est plus court et plus fin que la forme nominale. La base du bec est entouré de soies rictales noires. La gorge, blanchâtre, est délimitée en dessous par du brun sombre qui s'étend de part et d'autre de chaque côté des flancs. Sur la poitrine se dessine un champignon virant au brun au lieu de blanc par rapport à la forme nominale. Le dos et les scapulaires sont gris brun , le bas du dos et le croupion sont gris brun pâle. La zone ventrale est blanche, la queue est noire avec à l'extrémité et de manière symétrique des rectrices extérieures une tache blanche.
Suivant les individus il peut y avoir quatre, six à huit taches blanches sur l'ensemble des rectrices. Les rémiges sont brun noir avec les bouts blancs. Les moyennes couvertures sont jaunes et forment une magnifique bande alaire. Les pattes sont de couleur brune avec les ongles gris. Cette sous espèce est légèrement plus petite que la forme nominale, l'ensemble du corps est plus gris et les cotés des flancs sont d'un brun plus sombre.

Carduelis carduelis parva
Chardonneret élégant (Carduelis carduelis parva)


La femelle possède un masque rouge sur la face de la tête, ce masque rouge s'étend du menton jusqu' au trois quart des yeux séparés par du noir brillant au niveau des lores. Une bande noire s'étend de la calotte à l'occiput et se sépare en forme d'arc de chaque côté de part et d'autre de la tête. Les parotiques sont de couleur brun chamois. Le bec est effilé et pointu de couleur chair avec un trait noir sur la mandibule supérieure. La mandibule inférieure est également de couleur chair avec un trait noir à son extrémité. Le bec est plus court et plus fin que la forme nominale. La base du bec est entourée de soies rictales grises noirâtres. La gorge est blanchâtre délimité en dessous par du brun sombre qui s'étend de part et d'autre de chaque côté des flancs. Sur la poitrine se dessine un champignon virant au brun au lieu de blanc par rapport à la forme nominale. Le dos et les scapulaires sont gris brun, le bas du dos et le croupion sont gris brun pâle. La zone ventrale est blanche, la queue est noire avec à l'extrémité et de manière symétrique des rectrices extérieures une tache blanche. Suivant les individus il peut y avoir quatre, six à huit taches blanches sur l'ensemble des rectrices. Les rémiges sont brun noir avec les bouts blancs. Les moyennes couvertures sont jaunes et forment une magnifique bande alaire. Les pattes sont de couleur brunes avec les ongles gris. Cette sous espèce est légèrement plus petite que la forme nominale, l'ensemble du corps est plus gris et les cotés des flancs sont d'un brun plus sombre.
On parle aussi de l’existence de trois populations de chardonnerets parva, Il s'agit de"Carduelis carduelis africanus", "Carduelis carduelis weigoldi" et "Carduelis carduelis propeparva" ce sont des paratypes. "carduelis carduelis propeparva" se caractérise par un bec plus faible, plus court et plus mince, son plumage est plus gris et plus sombre, moins rougeâtre au manteau et plus sombre à la poitrine et aux flancs. Ces trois paratypes différent très légèrement et sont sujets à débat et pour cela ils ont été réunis dans la sous espèce parva par l’Ornithologue Charles Vaurie.

Chant et parade nuptiale

Le petit chardonneret espagnol vit et niche dans le Sud de la France notamment en Camargue et dans les Pyrénées, mais principalement en Espagne, au Portugal, aux îles Baléares, aux Açores ,aux Canaries, à Madère, au Maroc, en Algérie jusqu'au Sud du Sahara, en Tunisie et en Libye.
Répartition géographique de la ssp parva du chardonneret élégant
Répartition de la sous espèce "Carduelis c. parva" du chardonneret élégant
Photo Daniel Parc © Reproduction interdite sans autorisation
En Espagne et plus précisément en Catalogne ainsi que sur la Costa brava, cette sous espèce y est recensée comme commune. Il en est de même au Portugal , aux Baléares et dans le Haut Atlas Marocain où elle est observée jusqu'à une altitude de 3000 mètres. En Algérie on l'observe à partir de la côte vers les oasis, ainsi qu'en montagne jusqu'à 2200 mètres, cependant, elle est en nette diminution du fait qu'elle est fort prisée comme oiseaux de cage malgré que l'espèce y soit protégée.
Il ne fait aucun doute qu'il faille s'attendre à voir disparaître cette espèce dans les années à venir pour n'avoir pas su faire preuve de rationalisme et de sérieux, mais hélas surtout due l'intérêt pécuniaire quelle procure. En Tunisie elle est observée dans le Nord du pays et vers le Sud à Gaffa et Gabès.
Le biotope de cette population de chardonnerets est lui aussi assez diversifié suivant les régions et les altitudes ou ils vivent. On les observent dans les vergers, les forêts de pins et d'oliviers , les maquis, le désert , les oasis, sur les talus le long des routes , les plantations d'arbres fruitiers, les agglomérations, dans les jardins, dans les villes et les villages. La plupart du temps ils sont observés en bandes et aussi par couples.

Les plantes pour les oiseaux

Voici un article sur 40 plantes que l'on peut donner aux oiseaux.

1. Porcelle enracinée :(Hypochaeris radicata)

- Taille : de 20 à 50 cm.
- Floraison : de juin à septembre.
- Cycle de vie : vivace.
- Habitat : en plaine et en montagne. Prairies, bords des chemins, souvent sur sols sablonneux.
- Fleurs : fleurs toutes ligulées. Capitules mesurant 36-40 mm de diamètre.
- Feuilles : feuilles velues-cillées, en rosette radicale, dentées ou lobées.
- Tige : hampe garnie seulement d'écailles.
- Récolte : comme le pissenlit.
- Pour quels oiseaux : verdiers, chardonneret, sizerins et linottes.
 
2. Grande Ortie :(Urtica dioica )

- Taille : de 0,30 à 1 m (1,50 m maximum).
- Floraison : de juin à septembre.
- Cycle de vie : vivace plante à rhizome.
- Habitat : champs, terrains vagues, broussailles, talus, bords des cours d'eau, près des
habitations et des cultures, ruines, en sol riche en azote.
- Fleurs : fleurs vertes, à l'aisselle des feuilles, mâles et femelles portées par des pieds
différents (plante dioïque), les premières en grappes dressées, les secondes en grappes
pendantes.
- Feuilles : feuilles opposées, à dents pointues, plus longues que larges ; pétiole égalant la
moitié du limbe.
- Récolte : seules les graines mûres que l’on trouve dans les grappes sont bonnes à être
récoltées.
- Pour quels oiseaux : bouvreuil et serin. (cini).
- Propriétés: toute la plante contient des substances hémostatiques, diurétiques et dépuratives.
Elle est riche en protéines, en vitamines et en sels minéraux.
 
3. Moutarde des champs :(Sinapis arvensis )

- Taille : de 30 à 60 cm.
- Floraison : d'avril à octobre.
- Cycle de vie : annuelle.
- Habitat : champs, chemins, cultures, terrains vagues, surtout en sol argileux et calcaire.
- Fleurs : fleurs jaune vif et uni, de 1 à 2 cm ; sépales vert clair étalé en croix.
- Feuilles : feuilles inférieures grandes, lobées ou dentées, et pétiolées ; feuilles supérieures
dentées, sessiles, non embrassantes.
- Reproduction : fruits (siliques) de 2 à 5 cm, à long bec conique ; graines disposées sur un
rang dans chacune des loges.
- Récolte : arracher les fruits en glissant la main autour des tiges. Les siliques se détachent
aussi facilement.
- Propriétés: la plante contient des substances laxatives, stimulantes et irritantes.

4. Centaurée des près :(Centaurea pratensis)

- Floraison : cette magnifique plante est une de celles qui voient ses beaux capitules blancs se
dessécher lentement au cours du mois de juillet. Le temps de la maturité se situe donc de
juillet à août.
- Aspect : cette robuste plante buissonnant, très ramifiée, a des feuilles lancéolées non
dentées. Seules les feuilles inférieures sont quelque peu découpées. Les fleurs sont bleues et
sont rassemblées en capitules globuleux à involucre noirâtre. Ces capitules se dessèchent à la
maturité.
- Récolte : Les graines ont la forme d’un croissant de lune. Il vaut mieux les récolter lorsque
les capitules ne sont pas encore ouverts, car dès ce moment la majorité des graines
disparaissent.
- Habitat : on peut la trouver dans les terrains secs, les lieux sableux, les prairies et surtout le
long des talus de chemin de fer.

5. Plantain à larges feuilles :(Plantago major)

- Taille : de 10 à 50 cm (60 cm maximum).
- Floraison : de juin à octobre.
- Cycle de vie : vivace hivernant sous la forme d'une souche feuillée (rosette).
- Habitat : champs, terrains vagues, bords des routes, sols piétinés, pelouses.
- Fleurs : fleurs verdâtres, en long épi très mince, aussi long que la hampe ; anthères violettes.
- Feuilles : feuilles toutes en rosette, étalées, ovales (environ deux fois plus longues que
larges), entières, à pétiole ailé aussi long que le limbe.
- Tige : hampe florale naissant au milieu de la rosette.
- Récolte : la cueillette ne sera utile qu’à partir du mois d’août, dès que les « queues de rat »
deviennent brun foncé et commencent à sécher. Avant ce mois, les fruits sont sans valeur et
les oiseaux n’y touchent pas. Les oiseaux mangent les graines aussi bien à l’état frais qu’à
l’état sec.
- Pour quels oiseaux : jeunes et vieux canaris, pratiquement tous les oiseaux indigènes comme
bouvreuil, chardonneret, verdiers, pinsons, linottes mélodieuses, serins cinis, et sizerins.
- Propriétés: les feuilles et les racines contiennent des substances légèrement toniques,
topiques, astringentes, dépuratives et émollientes.

6. Bleuet des champs ou centaurée bleuet :(Centaurea cyanus )

- Taille : de 10 à 50 cm.
- Floraison : de juin à septembre.
- Cycle de vie : annuelle bisannuelle.
- Habitat : prés rocailleux, cultures de céréales sur sol acide.
- Fleurs : capitule de 1,5 à 2,5 cm, bleu, à l'extrémité de la tige ; collerette de bractées vertes ;
corolle à 5 pétales très étroits ; calice renflé et surmonté de 5 dents très effilées.
- Feuilles : feuilles alternes, ovales, étroites, entières, ondulées, d'odeur désagréable au
froissement.
- Tige : tiges dépourvues de feuilles à leur partie supérieure.
- Reproduction : fruit (akène) surmonté de 5 arêtes.
- Récoltes : les graines sont données avant la maturité. On jette les capitules cueillis dans la
volière. On peut en préparer une bonne réserve pour l’hiver en faisant sécher les capitules et
puis en détachant les graines en frottant entre les doigts.
- Pour quels oiseaux : bouvreuils, verdiers, pinsons, chardonnerets, bruants jaunes.
- Propriétés: diurétiques, astringentes, expectorantes. ophtalmiques. On l'utilisait jadis pour
soigner bon nombre de maladies plus ou moins graves. De nos jours, l'usage en est limité pour
décongestionner les bronches, calmer la toux, stimuler la fonction urinaire (ce qui le fait
utiliser contre les rhumatismes), mais surtout pour prévenir et soigner les inflammations et les
irritations des yeux. Le bleuet déploie encore une action analogue sur les muqueuses de la
bouche et de la gorge.

7. Chardon des marais Sad Cirsium palustre)

- Taille : de 0,30 à 2 m.
- Floraison : de juin à septembre.
- Cycle de vie : vivace plante à stolons..
- Habitat : prairies tourbeuses, marais, haies, landes, bois et clairières humides.
- Fleurs : capitules roses ou pourpres, de 1 à 2 cm, en groupes de 2 à 8 ; bractées florales
rougissantes.
- Feuilles : feuilles étroites, très découpées, à épines nombreuses et très piquantes, poilues audessus.
- Tige : tiges ailées et piquantes sur toute leur longueur.
- Récolte : dès que les soies de graines apparaissent, la plante peut être récoltée. Ou bien on
coupe les capitules de la tige à l’aide d’un sécateur, au bien, on cueille les capitules avec les
mains gantées. On les jette ainsi dans la volière, ou bien on décortique les capitules à l’aides
d’une râpe et on recueille les graines sur une grande feuille de papier. On peut donner ces
graines aux oiseaux.
- Pour quels oiseaux : chardonnerets, bouvreuils pivoines, et en moindre quantité aux sizerins.

8. Mouron des oiseaux :(Stellaria media)

- Taille : de 8 60 cm.
- Floraison : de mars à octobre, presque toute l'année.
- Cycle de vie : annuel cycle de végétation très court.
- Habitat : champs, jardins, chemins, bord des chemins, terrains en friche, décombres, de
préférence en sol humide et azoté.
- Fleurs : fleurs blanches, de 1 cm environ ; apparemment 10 pétales (en fait, 5 pétales divisés
chacun en deux), de même longueur que les sépales ; étamines en nombre variable, souvent
pas plus de 5, violets-rouge. Pédoncules floraux visqueux.
- Feuilles : feuilles opposées, ovales, celles de la base ayant un long pétiole, les supérieures
étant sessiles.
- Tige : tige circulaire. Une rangée de poils typique relie chaque noeud à son voisin supérieur
ou inférieur.
- Reproduction : fruit (capsule) à 5 dents, sensiblement de la même longueur que les sépales.
- Récolte : on dépose dans les cages ou volières, de préférence, les tiges entières. Les oiseaux
mangent les capsules qui contiennent des graines encore molles et aussi les feuilles et même
les tiges s’ils manquent de verdure.
- Pour quels oiseaux : pratiquement tous les oiseaux aiment le mouron, surtout les indigènes et
les canaris, bien que le chardonneret n’en raffole pas.
- Propriété : la plante contient des substances antirhumatismales.

9. Plantain lancéolé Sad Plantago lanceolata)

- Taille : de 10 à 70 cm.
- Floraison : d'avril à octobre.
- Cycle de vie : vivace.
- Habitat : prairies, lieux herbeux, bords des routes, talus, terrains vagues, en sol non acide.
- Fleurs : fleurs groupées en épis brunâtres, beaucoup plus courts que la hampe. Anthères
blanc-jaune, très voyantes, sur des étamines dépassant longuement les fleurs.
- Feuilles : feuilles toutes à la base en rosette, parfois très nombreuses, très allongées (au
moins cinq fois plus longues que larges), entières, se rétrécissant en un long pétiole.
- Tige : hampe apparaissant au milieu de la rosette, et profondément sillonnée.
- Récoltes : au cours de tout le mois de juillet et plus tard aussi, on peut cueillir les capsules
dans un sac en plastique. On peut les donner immédiatement aux oiseaux ou bien les
conserver pour l’hiver. Ces graines sont même en vente dans les magasins spécialisés.
- Pour quels oiseaux : jeunes et vieux canaris, pratiquement tous les oiseaux indigènes comme
bouvreuil, chardonneret, verdiers, pinsons, linottes mélodieuses, serins cinis, et sizerins.
- Propriétés : la plante contient des substances astringentes, décongestionnantes,
antidysentériques et antidiarrhéiques.

10. Laiteron maraîcher : (Sonchus oleraceus)

- Taille : 1 m maximum.
- Cycle de vie : annuelle bisannuelle.
- Habitat : comme le laiteron des champs.
- Fleurs : capitules plus petits que le Laiteron des champs, de 2 à 2,5 cm, à styles et stigmates
- verdâtres ou bruns, et à bractées souvent glabres.
- Récoltes : cueillir les graines mûres en enlevant une partie de la tige. De cette manière la
ramification est favorisée et ainsi le nombre des capitules sera encore augmentée pour les
prochaines récoltes.
- Pour quels oiseaux : sizerins, verdiers, chardonneret, bouvreuils et canaris.
- Propriétés : toute la plante contient des substances stomachiques, dépuratives et
cholagogues.

11. Cirse commun : (Cirsium vulgare, Cirsium lanceolatum)

- Taille : de 0,50 à 1,50 m.
- Floraison : de juillet à septembre.
- Cycle de vie : bisannuelle.
- Habitat : prés, terrains vagues, cultures, bois clairs.
- Fleurs : capitule rose ou pourpre, de 2 à 4 cm bractées florales terminées par une pointe
jaune.
- Feuilles : feuilles vert foncé, très découpées, chaque lobe étant muni d'une grosse épine
jaunâtre face supérieure hérissée de poils piquants feuilles longuement décurrentes
formant 2 ailerons épineux de chaque côté de la tige.
- Tige : tiges ailées et pourvues de longues épines
- Récolte : prendre les capitules lorsqu’ils sont mûrs et enlever les plumets des fruits de
sorte que l’on puisse râper les graines dans une boite. En les présentant normalement il y a
trop de poils de graines.
- Pour quels oiseaux : chardonnerets, tarins et bouvreuils.

12. Oseille sauvage : (Rumex acetosa)

- Taille : 1 m.
- Habitat : prairies, bords des routes, champs, les lieux incultes, les buissons, le long des
sentiers, au pied des murs et, en général, dans les lieux frais et sauvages des bords de la mer
jusqu'à l'étage submontagnard.
- Aspect : c’est une plante dioïque dont les tiges dressées sont entourées d’un étui brun
membraneux. Les fleurs assez petites sont rassemblées en des plumets lâches, monogames,
d’abord verts, puis rouges.
Les feuilles assez grandes, apparaissent les premières et font penser à des feuilles de tabac.
Ensuite, apparaissent les tiges qui se garnissent de graines. En effet, une caractéristique de
Rumex, est que les tiges sont garnies entièrement jusqu’à leur sommet de semences
triangulaires d’un jaune brunâtre. Dès que ces semences sont mûres, elles deviennent rouges.
- Récolte : à partir du mois de mai jusque fin juin.
- Propriétés : la racine est diurétique et les feuilles sont antiscorbutiques, adoucissantes et
rafraîchissantes.

13. Géranium Herbe-à-Robert : (Geranium robertianum)

- Taille : de 20 à 40 cm (45 cm maximum).
- Floraison : de mai à septembre.
- Cycle de vie : annuel bisannuel hivernant sous la forme d'une souche feuillée.
- Habitat : bois, haies, jardins, vieux murs, anciens dépotoirs, bordure des champs, surtout
près des habitations, à mi-ombre.
- Fleurs : fleurs roses, de 1,2 à 2 cm, groupées par 2 ; pétales pas ou à peine échancrée,
possédant un onglet très long à la base.
- Feuilles : feuilles palmées, souvent teintées de rouge, chaque foliole étant découpée jusqu'à
la nervure.
- Récolte : les grosses graines juteuses peuvent être données, enfermées dans leur coque. Il est
assez difficile d’un constituer une provision d’hiver, car la plante est plutôt rare.
- Pour quels oiseaux : bouvreuils, verdiers.
- Propriétés : la plante entière dont les feuilles et les fleurs contiennent des substances
astringentes et toniques..

14. Salsifis des prés Sad Tragopogon pratensis)

- Taille : 25 à 75 cm.
- Floraison : de mai à août.
- Cycle de vie : annuel vivace hivernant sous la forme d'une souche.
- Habitat : prairies, pâturages, bords de chemins.
- Fleurs : fleurs réunies en gros capitules (5 cm) ; elles sont en languettes jaunes. Les capitules
sont solitaires, munis de longues bractées vertes.
- Feuilles : feuilles en rosette ou alternes, effilées, peu ou pas pétiolées.
- Tige : un suc laiteux s'écoule de la plante à la cassure.
- Récolte : quand les graines sont à maturité mais avant qu’elles ne soient emportées par le
vent.
- Pour quels oiseaux : verdier, chardonneret, linotte, bouvreuil, tarin.
- Propriétés : les racines contiennent des substances expectorantes, béchiques et dépuratives.

15. Petite Bardane : (Arctium minus, Lappa minor)

- Floraison : de juillet à septembre.
- Cycle de vie : bisannuelle.
- Habitat : bord des routes, terres incultes, sur sol riche en azote.
- Fleurs : fleurs mauves toutes tubuleuses ; nombreuses bractées à la base des fleurs,
terminées par un crochet qui leur permet de s'agripper au pelage des animaux.
- Feuilles : feuilles larges et grandes (jusqu'à 50 cm), alternes, cotonneuses en dessous.
Capitules globuleux de 1,5 à 2 cm.
- Tige : tiges souvent rougeâtres.
- Récolte : à partir de septembre. On doit cependant être prudent, car son l’on porte la plante
dans la volière, il y a un risque que les canaris restent attachés aux pelotes adhésives. Il vaut
mieux servir les graines, (en forme de demi-lunee) dissociées des pelotes par frottement.
- Propriétés : la plante contient des substances dépuratives et sudorifiques.

16. Cirse (chardon) des champs : (Cirsium arvense)

- Taille : de 0,30 à 1,50 m.
- Floraison : de juin à septembre.
- Cycle de vie : vivace plante à rhizome.
- Habitat : champs, prairies, terrains vagues, terrains cultivés, jardins, vignobles. En sol
argileux.
- Fleurs : capitule rose ou lilas, de 1,5 à 2,5 cm, parfumé bractées un peu épineuses, à courte
pointe, rougissantes à l'extrémité.
- Feuilles : feuilles sessiles ou décurrentes, les supérieures embrassant la tige, lobées, à épines
nombreuses sur le bord face inférieure couverte de duvet blanc, face supérieure non poilue,
sans épine.
- Tige : tige ramifiée au sommet, non ailée, non épineuse.
- Récolte : couper les tiges de manière à avoir les capitules les plus bas et de cette façon on
peut jeter la plante entière dans la volière. On peut aussi récolter les capitules séparément et
ensuite faire tomber les graines dans une boîte en frottant les capitules sur une râpe. On peut
ainsi conserver les graines pour l’hiver.
- Pour quels oiseaux : chardonnerets, tarins, bouvreuils.

17. Pissenlit : (Taraxacum officinale)

- Taille : 35 cm (de 5 à 40 cm).
- Floraison : de mars à octobre.
- Cycle de vie : vivace.
- Répartition : le pissenlit pousse partout à travers le monde.
- Toxicité : la plante est comestible bien qu'elle contienne du chicotin légèrement vénéneux.
- Habitat : prairies, prés, pelouses, gazons, lieux herbeux, terrains vagues, bord des routes.
Aime les terrains azotés.
- Fleurs : capitules de 3 à 5 cm, solitaires sur la tige, et composés uniquement de fleurons
ligulés.
- Feuilles : feuilles toutes en rosette basale, lobées ou grossièrement dentées. Forme des
feuilles variables.
- Tige : longue tige creuse et sans feuille.
- Reproduction : akènes à aigrettes disséminés par le vent.
- Pour quels oiseaux : tarins, sizerins, chardonnerets, linottes.
- Propriétés : les feuilles et les racines contiennent des substances diurétique, toniques,
cholagogues et dépuratives.
Elle est riche en provitamine A (14 000 UI/100g) et en calcium (76 mg/100g). Elle contient
également du fer, du calcium, du potassium, du sodium et de la silice.
Il serait impossible de dresser une liste des propriétés thérapeutiques attribuées au pissenlit,
tant elles sont nombreuses. C'est d'ailleurs l'une des plantes comestibles et officinales les plus
connues et utilisées.
Depuis bien longtemps on lui reconnaît la vertu de stimuler la fonction hépatique. On l'utilise
avec succès contre les insuffisances hépatiques, les calculs de la vésicule biliaire,
l'hypercholestérôlémie. certaines dermatoses en rapport avec une insuffisance hépatique, les
hémorroïdes ainsi que pour combattre la constipation et l'obésité.

18. Reine des près : (Filipendula ulmaria, Spirea ulmaria)

- Taille : de 0,70 à 2 m.
- Floraison : de juin à août.
- Cycle de vie : vivace hivernant sous la forme de rhizome ou de tubercule.
- Habitat : prairies humides, fossés, marais, bords des cours d'eau. Manque en terrain acide,
tourbeux.
- Fleurs : stipules grandes, cordiformes, dentées. Inflorescence compacte et très odorante,
fleurs petites, de 4 à 8 mm, blanc crème ; généralement 5 pétales, parfois 6 ; étamines
beaucoup plus longues que les pétales.
- Feuilles : feuilles alternes, pennées, à 5, 7, 9 ou 11 folioles dentées, les grandes étant
intercalées avec les très petites, vert foncé dessus, blanchâtre dessous.
- Tige : en touffes à longues tiges.
- Récolte : après la floraison les petites fleurs se ferment jusqu’à la formation d’un fruit
enroulé. La cueillette peut se faire de la fin août jusqu’à la fin septembre lorsque les graines
sont sèches.
- Pour quels oiseaux : bouvreuils, sizerins, chardonnerets, éventuellement, canaris, verdiers,
linottes.
- Propriétés : les fleurs, les feuilles et les sommités contiennent des substances diurétiques et
antirhumatismales.

19. Chicorée sauvage : (Cichorium intybus)

- Taille : de 0,20 à 1,20 m.
- Floraison : de juillet à octobre.
- Cycle de vie : bisannuel vivace hivernant sous la forme d'une souche.
- Habitat : prairies, prés rocailleux, terrains vagues, friches, bords des routes. En terrains secs
et calcaires.
- Fleurs : capitules de 2,5 à 4 cm, bleu vif, se refermant en milieu de journée. Fleurons tous
ligulés, à extrémité dentée.
- Feuilles : feuilles poilues en dessous, de saveur amère, celles de la base en rosette, lobées,
les supérieures entières ou seulement dentées.
- Récolte : on attend le mois de septembre jusqu’à ce que les tiges portant des fruits soient
desséchées. Alors, on peut récolter, comme chez l’onagre, ou bien par battage ou bien en
plaçant tout simplement la plante dans la volière.
- Propriétés : les feuilles et les racines contiennent des substances amères, toniques,
stomachiques, dépuratives, légèrement laxatives. Les feuilles stimulent la fonction du foie et
sont diurétiques.

20. Onagre : (Oenothera biennis)

- Taille : jusqu'à 1 m.
- Habitat : terrains vagues, bords des eaux.
- Floraison : les onagres fleurissent à partir du mois de juin jusqu’en septembre, mais les
capsules cylindro-coniques, contenant des graines brunâtres, restent encore longtemps
fermées. C’est une plante bisannuelle.
- Aspect : cette plante présente une grande différence entre la forme juvénile et la forme
adulte. La forme adulte peut atteindre une hauteur de 170 cm et elle est souvent ramifiée si
elle croît sur un sol favorable. Les feuilles sont lancéolées et mesurent 10cm de longueur et 3
cm de largeur. Leur couleur ressemble à celle des feuilles du tabac. Les fleurs sont jaunes et
tombantes lorsqu’elles sont fanées, les graines mûrissent alors dans l’ovaire situé en dessous
de la fleur (ce qui semble être la tige de la fleur). En automne, les ovaires, devenus des
capsules s’ouvrent ou se fendent longitudinalement. La plante de dessèche et prend la forme
hivernale.
- Pour quels oiseaux : chardonneret, tarin, sizerin, bouvreuil,…

21. Spergule des champs : (Spergula arvensis)

- Taille : de 10 à 40 cm (60 cm maximum).
- Floraison : de mai à septembre.
- Cycle de vie : annuelle.
- Habitat : champs, bois, chemins. En sol sableux et acide, jamais en terrain calcaire.
- Fleurs : fleurs blanches, de 4 à 10 mm, d'odeur désagréable pétales non échancrés, de même
longueur que les sépales ; 5 à 10 étamines, 5 styles.
- Feuilles : feuilles paraissant verticillées, filiformes, charnues, creusées d'un sillon en
dessous.
- Tige : tiges poilues et collantes.
- Reproduction : fruit (capsule) à 5 dents, renfermant de très nombreuses graines.
- Récolte : au moindre attouchement, les très fines graines tombent des capsules rondes, dès
que celle-ci sont mûres. Récoltez-les donc avant la maturité. Lorsqu’elles ne sont pas mûres,
on remplira facilement un sac à provision en peu de temps. On peut aussi laisser sécher les
graines. Elles sont aussi petites que les graines de pavot, mais elle sont noires.
- Pour quels oiseaux : canaris, verdiers et linottes.

22. Épilobe en épi : (Epilobium angustifolium, Epilobium spicatum)

- Taille : de 0,50 à 1,80 m.
- Floraison : de juin à septembre.
- Cycle de vie : vivace plante à longs rhizomes.
- Répartition : toute la France. Manque localement. Absente de la région méditerranéenne.
- Habitat : lisières des bois, clairières, coupes forestières, terrains vagues, landes, sur sol
siliceux.
- Fleurs : fleurs de 2 cm, rose vif, en long épi non feuillé au sommet de la tige ; 4 pétales un
peu inégaux et peu échancrés ; étamines et style pendants.
- Feuilles : feuilles toutes alternes, simples, entières, étroites (2 cm de large au maximum).
- Reproduction : fruit (capsule) très effilé, s'ouvrant par 4 valves longitudinales, laissant
échapper des graines très petites et poilues.
- Récolte : juste avant que les capsules éclatent.
- Pour quels oiseaux : bouvreuil pivoine et serin cini.
- Propriétés : la plante entière contient des substances astringentes et anti-inflammatoires.

23. Renouée des oiseaux : (Polygonum aviculare)

- Taille : couchée, pouvant atteindre 1,50 m de long.
- Floraison : de juin à novembre.
- Cycle de vie : annuelle.
- Habitat : terrains vagues ou cultivés, en sol nu, bord des chemins.
- Fleurs : fleurs minuscules, de 3 mm environ, verdâtres, bordées de blanc ou de rouge, isolées
ou groupées par 2 à 4 à l'aisselle des feuilles.
- Feuilles : feuilles alternes, ovales, allongées, sessiles. Présence d'une gaine blanchâtre à bord
denté au niveau de chaque noeud.
- Reproduction : fruit (akène) de section triangulaire, brun, dépassant légèrement du périanthe
persistant.
- Pour quels oiseaux : linottes, verdiers, bouvreuil, tarins, chardonnerets, pinsons du nord.
- Propriétés : toute la plante contient des substances astringentes, hémostatiques et sédatives.

24. Renouée persicaire : (Polygonum persicaria)

- Taille : de 10 à 70 cm.
- Floraison : de juin à octobre.
- Cycle de vie : annuelle.
- Habitat : berges des rivières et des étangs, terrains vagues, cultures, en sol argileux, humide
et riche en azote.
- Fleurs : fleurs roses, très petites, groupées en épis denses et allongés.
- Feuilles : feuilles alternes, allongées, en forme de feuilles de pêcher, à pétiole court, poilues
en dessous, marquées d'une tache noirâtre. Au niveau de chaque noeud, une gaine roussâtre,
poilue et à bord cilié.
- Reproduction : fruit globuleux de 3 mm environ, noir, brillant.
- Récolte : la plante peut être servie aux oiseaux avec succès dès le début juillet. On la sert
entière en la déposant sur le sol de la volière.
- Pour quels oiseaux : verdiers, sizerins, linottes, bouvreuils, chardonnerets, pinsons des arbres
et du nord, canaris.
- Propriétés : la plante contient des substances expectorantes, antidiarrhéiques et cholagoles.

25. Achillée millefeuille : (Achillea millefolium)

- Taille : de 15 à 80 cm.
- Floraison : de juin à octobre.
- Cycle de vie : vivace plante à stolons.
- Habitat : talus, prairies, pelouses, bords des routes, chemins, terrains vagues caillouteux, en
sol mi-sec. Sur sols azotés.
- Fleurs : inflorescence en corymbes denses. La fleur, de 5 mm, est en fait un petit capitule
composé de fleurs hermaphrodites central blanc-jaune, tubuleuses, à 5 divisions et de 4 ou 5
fleurs ligulées à la périphérie, blanches ou roses, échancrées en 3 parties.
- Feuilles : feuilles doublement pennées vert foncé, très allongées et découpées en fines
lanières courtes.
- Tige : tiges dressées non ramifiées.
) Récolte : dès que la plante commence à sécher, les graines sont mûres et l’on peut jeter les
capsules dans la volière.
- Pour quels oiseaux : chardonnerets et bouvreuils.
- Propriétés : les fleurs contiennent des substances aux propriétés toniques, digestives,
hémostatiques, amères, stomachiques, antispasmodiques, emménagogues, hypotensives et
antihémorroïdales.

26. Bourse à pasteur : (Capsella bursa-pastoris)

- Taille : de 15 à 40 cm.
- Floraison : de février à novembre.
- Cycle de vie : annuelle persistant parfois en hivers.
- Habitat : bords des routes, champs, jardins, terrains vagues.
- Fleurs : fleurs minuscules, de 2 à 3 mm, blanches, à sépales poilus.
- Feuilles : rosette de feuilles lobées à la base, feuilles supérieures entières, à oreillettes
- Récolte : on peut arracher la plante entière du sol, ou bien glisser la main le long de la tige et
ainsi n’arracher que les fruits. Cueillies avec la tige entière, les silicules triangulaires, qui ont
la forme d’une bourse restent fraîches plus longtemps que si elles sont cueillies isolément.
- Pour quels oiseaux : canaris, chardonnerets, verdiers, linottes, bouvreuils, pinsons de nord,
cinis, tarins.
- Propriétés : les tiges florales contiennent des substances astringentes et antihémorragiques,
résolvantes des engorgements. La bourse-à-pasteur est recommandée contre la tension
artérielle élevée et, chez la femme, contre les hémorragies à la puberté et à la ménopause ainsi
que contre les diarrhées, les hémorroïdes et les varices.

27. Armoise commune : (Artemisia vulgaris)

- Taille : de 0,50 à 1,20 m (1,50 m maximum).
- Floraison : de juin à septembre.
- Cycle de vie : vivace hivernant sous la forme d'une souche.
- Habitat : bords des routes, terrains vagues, champs, talus, décombres.
- Fleurs : petits capitules de fleurs jaunâtres en inflorescence allongée au sommet des tiges.
- Feuilles : feuilles alternées, très découpées, vert foncé au-dessus, blanchâtres et duveteuse en
dessous.
- Tige : tiges brun-rouge.
- Récolte : cette plante peut être débarrassée de ses graines, il suffit de les arracher ou bien on
peut donner la plante entière aux oiseaux. Mais l’on doit attendre la maturité qui est attente en
août et septembre, car les oiseaux n’apprécient nullement les graines non murent.
- Pour quels oiseaux : tous les fringillidés.
- Propriétés : toute la plante contient des substances digestives, vermifuges, emménagogues,
antihystériques, sédatives.

28. Épervière en ombelle : (Hieracium umbellatum)

- Plante herbacée vivace, hermaphrodite, aphyllopode, entièrement glabre, glabrescente ou
faiblement hérissée (10-120 cm).
- Tige dressée, rameuse, abondamment feuillée.
- Feuilles linéaires, sessiles, à limbe lancéolé ou oblong-lancéolé, au moins 6 à 10 fois plus
long que large.
- Inflorescence : racème nettement ombelliforme dans le haut, de nombreux capitules larges
de 25 à 30 mm ; involucre ovoïde, glabre ou subglabre, à bractées régulièrement disposées,
obtuses, les externes plus ou moins récurvées, non ou faiblement floconneuses.
- Fruit : akène noirâtre, aussi longue que large, surmonté d’un pappus à soies roussâtres,
inégales, raides et cassantes, sur 2 rangs.
- Récolte : relativement tardive, en septembre et même plus tard, on peut placer dans les
volières des tiges garnies de capitules mûrs.
- Pour quels oiseaux : verdier et bouvreuil pivoine.

29. Vipérine : (Echium vulgare)

- Taille : de 0,30 à 1 m.
- Floraison : de juin à septembre.
- Cycle de vie : bisannuel vivace hivernant sous la forme d'une souche.
- Habitat : prairies sèches, terrains vagues, lieux sablonneux, champs, lieux secs, rocailles,
remblais, bord des routes.
- Fleurs : fleurs de 1,5 à 2 cm, bleues ou bleu-violet (roses en boutons), en inflorescence
allongée corolle en entonnoir, s'évasant en 5 lobes inégaux ; calice beaucoup plus court que la
corolle ; étamines d'inégales longueurs, à filets rouges et à anthères jaunes.
- Feuilles : feuilles de la base pétiolée, les supérieures sessiles.
- Reproduction : fruit à 4 parties, entièrement caché par le calice.
- Récolte : on déposera les tiges de la plante sur le sol de la volière lorsque les graines ne sont
pas encore mûres. On peut aussi sécher les tiges et en détacher les graines par battage.
- Pour quels oiseaux : verdiers, chardonnerets, canaris.
- Propriétés : les tiges florales contiennent des substances diurétiques, sudorifiques,
dépuratives et adoucissantes.

30. Centaurée scabieuse : (Centaurea scabiosa)

- Taille : de 0,30 à 1,20 m.
- Floraison : de juillet à septembre.
- Cycle de vie : vivace.
- Habitat : pelouses sèches, bord des routes, bord des champs, surtout en sol calcaire et sec.
- Fleurs : capitules grands, de 4 à 6 cm, rouge-pourpre fleurs périphériques beaucoup plus
longues que le central involucre globuleux composé de bractées vertes à bord noir et cilié.
- Feuilles : feuilles rugueuses, profondément découpées jusqu'à la nervure médiane.
- Tige : tige sillonnée, ramifiée dans la partie supérieure
- Récolte : mes graines peuvent être servies non mûres, mais sèches.
- Pour quels oiseaux : chardonneret, linottes et bouvreuil.

31. Herbe aux chantres : (Sisymbrium officinale)

- Taille : de 30 à 80 cm.
- Floraison : de mai à octobre.
- Cycle de vie : annuelle bisannuelle.
- Habitat : haies, terrains incultes, bords des routes, bordures des champs, chemins,
décombres, remblais, mais aussi sur cultures.
- Fleurs : fleurs jaunes de 3 mm, en grappe qui s'allonge à mesure de la formation des fruits
situés en dessous.
- Feuilles : feuilles profondément découpées.
- Tige : ramifications nombreuses et souvent perpendiculaires à la tige principale.
- Reproduction : fruits (siliques) courts, de 1 à 3 cm, dressés et appliqués contre la tige.
- Commentaires : poilue ou non.
- Récolte : les silicules n’ont que 1,5cm de longueur et ne sont remplies de graines que vers la
fin juillet ou début d’août. On attend donc cette période pour arracher la plante et l’offrir aux
oiseaux. On peut aussi laisser sécher pour faire des provisions pour l’hiver.
- Pour quels oiseaux : cini (il l’emploi comme nourriture d’élevage), bouvreuils, verdiers,
pinsons des arbres, linottes.
- Propriétés : la plante contient des substances diurétiques, stomachiques et expectorantes.

32. Navette d'été (ou rave) : (Brassica rapa)

- Floraison : la rave, avant maturité, peut-être utilisée du début de mai à la fin juillet. La
plante, commence à pousser après l’hiver.
- Aspect : la plante peut atteindre 25 à 70 cm de hauteur. Les feuilles inférieures sont
découpées, les supérieurs sont oblongs et ovales. Les fleurs sont grandes et d’un jaune clair. --
- Les fruits apparaissent sous la forme de longs becs et sont très nombreux. Ils contiennent
plusieurs graines tout comme la gousse de pois.
- Habitat : on peut le trouver aussi bien dans le voisinage des lieux cultivés, qu’à l’état
sauvage dans les terres en jachère. Il est possible de confondre cette plante avec la moutarde
des champs et avec la moutarde blanche. Mais cela ne présente pas d’inconvénient, car toutes
ces plantes conviennent très bien pour les oiseaux indigènes et les canaris.
- Pour quels oiseaux : les graines non mûres sont mangées par les linottes, pinsons du nord,
cinis, et verdiers.

33. Brome mou : (Bromus hordeaceus)

- Taille : 3 à 0 cm.
- Floraison : d'avril à juillet.
- Cycle de vie : annuelle.
- Habitat : falaises et sables maritimes, dunes fixées, interdunes sèches, pelouses sommitales.
Pelouses rases.
- Fleurs : fleurs vertes, foliacées, réunies en un épi ramifié muni d'épillets ovoïdes et poilus.
Ceux-ci sont constitués de 5 à 10 fleurs prolongées d'une soie, ils sont souvent solitaires,
parfois en petits groupes fixés sur certains rameaux.
- Feuilles : feuilles alternes engainantes, planes et velues.
- Récolte : ces graines d’herbes sont les plus appréciées à l’état de demi-maturité. On jette
dans la volière la partie supérieure où se trouvent les graines. Ou on les sèche pour constituer
une réserve pour l’hiver.
- Pour quels oiseaux : canaris, bruants jaunes, verdiers.

34. Tussilage (pas d’âne) : (Tussilago farfara)

- Taille : de 10 à 30 cm.
- Floraison : de février à juillet.
- Cycle de vie : vivace.
- Habitat : bords des chemins, décombres, terrains vagues, lisières, voisinage des cours d'eau,
talus, bord des routes, souvent sur sol nu, argileux et calcaire.
- Fleurs : fleurs jaunes, de 1,5 à 3 cm, solitaires ; fleurs centrales tubuleuses et fleurs
périphériques ligulées. Très nombreuses. Les fleurs se ferment la nuit.
- Feuilles : les vraies feuilles n'apparaissent qu'après la floraison ; elles sont toutes basales,
arrondies ou en coeur, blanchâtres en dessous, de 20 cm environ.
- Tige : tiges non ramifiées, couvertes de feuilles en écailles rougissantes.
- Reproduction : plante à souche rampante.
- Récolte : la période idéal pour récolté le pas d’âne, est celle pendant laquelle les capsules
pendent, courbées vers le sol, après la floraison.
- Propriétés : les feuilles et les capitules contiennent des substances bronchiques, béchiques,
expectorantes, émollientes des catarrhes.
Les feuilles sont utilisées sur les piqûres d'insectes et les plaies.

35. Chanvre sauvage : (Galeopsis tetrahit)

- Taille : de 10 à 80 cm.
- Floraison : de juillet à octobre.
- Cycle de vie : annuelle.
- Habitat : forêts, clairières, champs, haies, jardins, terrains vagues.
- Fleurs : fleurs regroupées en épi à l'aisselle des feuilles ; elles sont en tube, roses ou parfois
blanches, avec un calice vert à longues dents.
- Feuilles : feuilles opposées, ovales, pétiolées et dentées.
- Tige : tige très poilue à section carrée, formant un renflement à l'insertion des feuilles.
salsifis noir
- Récolte: cette plante peut être placée entière dans un bocal où elle restera plus longtemps
fraîche. Les oiseaux voleront sur les plantes pour y cueillir les graines.
- Pour quels oiseaux : verdier et pinson des arbres.
- Propriétés : la plante contient des substances expectorantes, astringentes et diurétiques.

36. Scorsonère (salsifis noir) : (Tragopogon porrifolius et Scorzonera hispanica)

- Floraison : la semence de cette plante met beaucoup de temps à mûrir, généralement de juin
à août. Même en octobre, on peut encore trouver des capitules séchés dans la nature.
- Aspect : les fleurs dont d’un jaune clair et le capitule est très allongé, ce qui est normal étant
donné qu’il contient des longues graines de 15mm.
- Récolte : on cueille de préférence les capitules secs et on les décortique en les frottant dans
les mains. On les distribue à partir d’octobre jusqu’à épuisement du stock.
- Habitat : dans les environs des champs, on trouve cette plante dans des terrains en friche,
mais on peut la cultiver soi-même.

37. Sorbier des oiseleurs : (Sorbus aucuparia)

- Floraison : la floraison va de mai à juin et les baies qui proviennent des fleurs mûrissent à
partir d’août. On peut les cueillir jusqu’au seuil de l’hiver.
- Aspect : le sorbier est un arbuste qui peut atteindre 10m de haut. Il a les feuilles composées
de folioles ovales dentées.
- Récolte : les sorbes peuvent être cueillies dès leur maturité, soit vers octobre. On peut laisser
sécher les baies et ainsi on peut en distribuer toute l’année, car les graines se conservent
longtemps dans la chair du fruit.
- Habitat : dans les bois, le long des avenues, dans les parcs et jardins.
- Pour quels oiseaux : bouvreuils, pinson des arbres et du nord, verdier, gros-bec, merles,
grives.

38. Ronce : (Rubus fruticosus)

- Taille : jusqu'à 3 m.
- Floraison : de mai à septembre.
- Cycle de vie : vivace.
- Habitat : broussailles, haies, bosquets, talus, bord des routes, bois clairs, terres en friche.
- Fleurs : fleurs blanches ou roses, de 2 à 4 cm.
- Feuilles : feuilles à 3 ou 5 folioles dentées, épineuses sous la nervure médiane.
- Tige : tiges aux épines acérées, qui s'accrochent sur tout support et peuvent s'enraciner à leur
extrémité.
- Reproduction : plante sarmenteuse.
- Fruits (mûres) d'abord verts, puis rouges, et enfin noirs à maturité.
- Récolte : à partir d’août.
- Pour quels oiseaux : tous les oiseaux adorent ces fruits ; particulièrement les bouvreuils, les
verdiers, les merles, les canaris, les exotiques et tous les frugivores.
- Propriétés : les feuilles, bourgeons, fruits contiennent des substances astringentes. A l'usage
externe, les feuilles sont vulnéraires.

39. Chénopode blanc : (Chenopodium album)

- Taille : de 0,40 à 1,50 m.
- Floraison : de juin à octobre.
- Cycle de vie : annuelle.
- Habitat : champs (surtout betteraves), jardins, terrains vagues, décombres, bord des routes.
- Fleurs : voir "feuilles".
- Feuilles : feuilles dentées couvertes de pruine blanche, tout comme l'inflorescence (aspect
farineux).
- Tige : tige anguleuse.

40. Séneçon : (Senecio vulgaris)

- Feuilles alternes.
- Capitules groupés en corymbes.
- Involucre à bractées égales disposées sur un seul rang, souvent à pointe noirâtre, avec
parfois à leur base de petites bractées extérieures elles aussi à pointe noirâtre.
- Fleurons tous jaunes.
- Fleurons de la circonférence femelle, disposés sur un seul rang, parfois absents (Senecio
vulgaris).
- Fleurons du disque tubulé et hermaphrodite.
- Akènes presque cylindriques, surmontés d'une aigrette (pappus) à soies très fines disposées
sur plusieurs rangs.
- Pour quels oiseaux : sizerins, tarins, chardonnerets.
- Propriétés : la plante entière contient des substances emménagogues.
vous pouvez télécharger ce document a partir de la Sources:
http://plantes.sauvages.free.fr/pages_plantes/index.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mymi



Messages: 80
Date d'inscription: 19/02/2010
Age: 53
Localisation: BELGIQUE - CHARLEROI

MessageSujet: Re: Connaître Le Chardonneret Élégant   Mer 17 Mar - 13:49

superbe documentaire, bien détaillé, merci Patrick
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Connaître Le Chardonneret Élégant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Petite réflexion sur le port du gant .
» enduit de finition chaux sable chenevotte
» Définition des termes utilisés en génétique
» parva et élégant
» méditation : définition et différents types de méditation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion chardonneret ::  :: -